Curanderismo, un héritage.

Dernière mise à jour : oct. 17

« Mon arrière grand-mère Ciriaca, ainsi que sa propre mère Semoril (qui était une charrua, amérindienne d'Uruguay) étaient toutes deux des curanderas en Uruguay. Mon grand-père, ainsi que ma mère utilisaient des plantes médicinales. Je suis moi-même un curandero, huesero (rebouteux), yerbero et d'autres choses... Les curanderos ou curanderas (pour les femmes), sont assimilés aux chamans, medicine man, sorciers et autres guérisseurs... Ce nom est surtout utilisé en Amérique hispanique. Il existe plusieurs sortes de curanderos, hechiceros ou brujos... Le curandero guérit des maladies physiques, mentales ou spirituelles. Le mot curandero signifie littéralement guérisseur en espagnol et fait référence à une vaste catégorie de différentes spécialités, y compris les yerberos (herboristes), les parteras (sages-femmes), ainsi que les sobadores (masseurs) ou encore les hueseros (rebouteux). La pratique du curanderismo est un syncrétisme qui combine généralement les croyances et connaissances indigènes locales des amérindiens, ainsi que celles plus religieuses empruntées au catholicisme ou a d'autres religions "païennes". Je remercie mes ancêtres pour ce don magnifique que je pratique, perfectionne et transmet depuis plusieurs années maintenant au sein de l'Institut Suisse de Santé & Longévité à Bex. » Texte tiré du livre à paraître de Marcos Drake: L'art des rebouteux - Réponses d'un curandero aux problèmes d'aujourd'hui.